Salle de bain zéro déchet – Traquer le plastique

Dans la maison, les deux plus grosses poubelles se trouvent sans surprise dans la salle de bain et la cuisine.  Faire le choix de transformer sa salle de bain c’est faire un pas de géant vers une réduction efficace de ses déchets. 

La pièce n’est pas grande, c’est fou tout ce qu’on est capable d’y ranger. Et sans surprise, la poubelle est toujours trop petite et fini par déborder… Tu peux y remédier.

Se créer une salle de bain zéro déchet s’articule autour de trois grandes étapes. Tout d’abord, l’action coup de poing est de faire un tri. En toute honnêteté, un tri seul ne donnera pas les résultats escomptés. En effet, il doit impérativement être accompagné d’un processus de fond. Il demande un vrai travail de réflexion sur ses habitudes et les choix qu’on veut vraiment faire.

Si l’idée de mettre à l’envers la totalité de tes armoires te semble compliqué, ou juste impossible, dans l’état actuel, ce n’est pas grave. Une seconde étape plus zen, plus pas à pas, permet, sur le long terme, de diminuer efficacement la quantité de déchets jetés. Cette option, selon moi, est de limiter les objets en plastique. Sans partir forcément en croisade, les réduire est d’une part un bon investissement pour ta santé, mais aussi pour ta poubelle et, par la bande, pour ton porte-monnaie (visant le long terme tu pourras mesurer concrètement les économies faites).

La troisième étape que je préconise serait de remplacer les objets à utilisation unique. J’y reviendrai dans un prochain article…

Pour l’instant, voici 3 astuces simples et efficaces pour limiter les objets en plastique.

Avant d’avoir des résultats durables, il faudra du temps, mais en y allant un objet à la fois tu franchiras les étapes à ton rythme tout en développant des solutions qui te conviennent le mieux.

Tu devineras qu’il n’y a pas grand intérêt à brûler les étapes et à vouloir tout faire d’un coup. Sauf à prendre le risque de te décourager. Puis, faute de résultats convaincants d’abandonner.

Une fois ce processus de réduction des contenants en plastique entamé, alors oui tu verras une nette diminution du volume de ta poubelle. En réduisant les objets en plastique tu t’inscrits dans un mouvement mondial, tu prends part pas juste à la prise de conscience mais à une action collective vers des océans, des forêts, des villes plus propres. Ce n’est pas juste ta salle de bain que tu rends meilleure !

Et sans plus tarder, quelques pistes qui, je le souhaite t’aideront, et que tu mettras rapidement en pratique.

Astuce no. 1 : Go solide

Aucun secret ici, tu sais que plusieurs produits cosmétiques sont vendus dans un contenant en plastique. Les savons, nettoyants pour le corps, pour les cheveux et le visage trouvent des équivalents sous forme solide.

C’est tout de même très facile de remplacer un gel douche par un beau savon artisanal, fait à la main, selon une méthode de saponification à froid et avec de vrais ingrédients.

Gels douche remplacés par des pains de savons

Photo : MimiK

Shampoing solide

Plusieurs marques proposent des très beaux produits.

Lazuma 

Pachamamaï

La prétentieuse

Coop Coco 

La savonnerie des diligences. Tous leurs savons sont assez doux pour convenir aussi bien pour le corps, le visage, que pour les cheveux.

Shampoing du commerce et des versions zéro déchet

Photo : MimiK

Comment utiliser les shampoings solides ?

  1. Mouiller les cheveux
  2. Faire mousser le shampoing solide dans les mains ou en frottant directement sur le haut de la tête
  3. Répartir sur toute la chevelure comme un nettoyage habituel
  4. Rincer correctement

Petit conseil : assécher soigneusement le bloc de shampoing ou le placer sur un porte savon, à l’abri des éclaboussures de la douche. Le produit fond rapidement, alors s’il baigne dans l’eau il ne durera pas longtemps.

Attention : je ne recommande pas la marque Lush. Bien qu’ils soient faits à la main, sans cruauté animale et au Canada, certains produits (comme les shampoings solides) contiennent du sulfate.

Une autre astuce zéro déchet est le No-poo, je m’y suis mise depuis le mois de janvier 2017. Je vais sûrement, bientôt en reparler… Affaire à suivre…

Astuce no. 2 : Le trésor est dans les huiles

Je ne vais pas te la refaire, mais si tu n’as pas encore commencé à utiliser les huiles végétales dans ta routine beauté, alors c’est peut être le moment de s’y mettre.  À lire : Les huiles, de la cuisine à la salle de bain.

Les huiles sont ma solution vraiment miraculeuse pour une belle peau, bien hydratée, qui respire et qui resplendit de santé.

Que ce soit pour le visage, le corps, les mains ou les longueurs des cheveux elles font des miracles, elles sont naturelles et très économiques. Choisir quelques huiles de base, c’est miser sur une peau en santé et surtout, tu n’auras plus à dépenser en cosmétiques.

Produits visage et corps remplacés par des huiles végétales

Photo : MimiK

Les huiles indispensables

Huile de coco, d’amande douce pour démaquiller et hydrater le corps, les mains et cheveux.

Huile de jojoba ou d’argan car elles font des miracles sur le petit minois.

Petite routine beauté qui fait vraiment toute la différence

À faire matin et soir.

  1. On commence par démaquiller (je ne me maquille pas, mais ce nettoyage permet de rendre la peau toute propre), avec une huile neutre (coco, olive, tournesol, amande douce). L’huile de jojoba, d’argousier, d’abricot sont aussi toutes douces, mais pour un budget un peu plus élevé. On prend quelques gouttes dans la paume de la main et on passe sur tout le visage. On y va doucement pour le contour des yeux. Même le mascara résistant à l’eau part facilement,
  2. Passer une serviette, débarbouillette, un linge doux sous l’eau chaude, essorer et place sur le visage quelques secondes. C’est comme se faire un petit bain chaud, c’est tellement agréable. Essuyer le reste d’huile et de maquillage avec le linge humide. On essuie tout partout en douceur,
  3. (facultatif) Vaporiser une eau florale, un hydrolat ou simplement une eau minérale. Quand j’indique que c’est facultatif, c’est par ce que, personnellement, quand je manque de temps (ou que j’ai la flemme tout simplement) je garde tout simplement ma peau humide suite au passage du linge mouillé,
  4. Appliquer quelques gouttes de son huile végétale favorite sur tout le visage, sans oublier le coup. On peut choisir l’huile selon son type de peau ou les propriétés qu’elle propose. En ce qui me concerne, j’utilise en rotation quelques huiles que j’adore comme celle d’argan, de jojoba, de bourrache et de nigelle.

Appliquer de l’huile sur une peau humide permet d’en conserver l’hydratation. Au final, la routine donne l’effet d’une peau de bébé.

Tu n’es pas convaincu ou tu restes perplexe ? Parle-moi donc de ça, en commentaires, on va trouver une solution ensemble !

Astuce no. 3 : Des matières recyclables ou compostables

Choisir des contenants en verre est une bonne solution. Un joli distributeur de savon sera plus joli qu’un produit à main dans un tube en plastique.

Je vous ai déjà longuement parlé de mes brosses à dents. Les brosses en bambou sont de plus en plus populaires.

Brosses en plastique et en bois

Photo : MimiK

En ligne, on trouve des brosses de nettoyage ou des brosses à cheveux en bois. Le bois se recycle et se composte.

 

Au lieu d’utiliser une fleur de douche (en plastique) qui finit par se défaire et ne ressembler à plus rien du tout. C’est facile d’opter pour un gant de toilette, une débarbouillette (découper dans un tissus tout doux) ou encore d’utiliser une brosse pour le corps en bambou ou une éponge de luffa (c’est naturel, biodégradable, donc compostable, et c’est parfait pour exfolier).

Astuce no. 4 : Le vrac

Je ne le dirai jamais assez : choisir ses produits en vrac revient à s’affranchir des contenants dont on ne sait que faire. De plus, le recyclage n’est pas la solution miracle. C’est certain qu’au lieu de finir dans un site d’enfouissement ou à l’incinérateur, le recyclage est un moindre mal.

En vrac, il est possible de faire le plein de savons (pour les mains et le corps qu’ils soient liquides ou solides), de shampoing, de produits hydratants, de produits ménagés…

Il existe même des produits de rasage en vrac ou en pots (version zéro déchet lorsqu’il est possible de les remplir ou de les consigner).

Les magasins de vrac commencent à apparaître un peu partout. En les encourageant, d’autres suivront !

 

Le mot de la fin

Petite parenthèse

On me dit souvent, que mon distributeur à savon a sa pompe en plastique. Ou encore, de nos jours, c’est impossible de retirer le plastique au complet car il y en a parti. Franchement, lorsque une des dernières choses en plastique c’est la pompe de mon push push ou le bouchon d’un flacon en verre, c’est qu’il y a bien d’autres objets sont passés à la trappe. Cet article, comme tous les autres que tu vas aussi sûrement garder, il va durer des années et des années. De plus, quand il ne sera plus possible de l’utiliser, qu’il ne sera plus possible de le réparer, alors, il sera recyclé. Puis enfin, il sera remplacé.

Le mot d’ordre n’est pas la perfection. Mieux vaut faire un peu que pas du tout. Alors si ta brosse de toilette est en plastique, qu’elle fait le travail comme il se doit, garde-la. Quand viendra le temps d’en acheter une autre, sûrement que tu sauras où te procurer une version plus éco-responsable. Ne te rends pas malade ou coupable, par ce que ton tube de déodorant ou ton flacon de produit à lentilles (verres de contact) sont en plastique. Ne vise pas la perfection. À la place, mieux vaut choisir judicieusement.

** Fin de la parenthèse « je réponds aux réfractaires, aux critiqueurs et aux empêcheurs ». **

Ce qu’il te reste à faire

Maintenant que tu sais comment de limiter les contenants et les objets de plastique dans la salle de bain. Notamment en optant pour des produits, solides, en vrac, dans un contenant en verre ou fabriqué dans un matériau plus durable. Il ne te reste qu’une chose à faire.

Choisis un objet et remplace-le. Puis, c’est parti pour remplacer un second produit, puis autant que tu veux ! Ski is the limit !

En conclusion, lorsqu’un de tes cosmétiques est vide, réfléchi à une option de substitution plus écosympathique. La démarche est similaire quand une brosse de nettoyage, une éponge, un grattoir… arrivent en fin de vie. Tout (absolument tout) ce qui se trouve dans la salle de bain connaît une version plus écologique, sans dérivés pétrolier, sans produits nocifs. Le bois, le verre, le tissus sont des option pas juste saine mais aussi bien plus esthétiques.

Vas y petit à petit, un objet en plastique à la fois.

À la prochaine !

← Article précédent

Article suivant →

1 Commentaire

  1. merci pour tout tes précieux conseils 🙂 je suis une championne du ZD dans la cuisine mais la salle de bain reste mon point noir (haha t’as vu le jeu de mot ?). j’ai encore du mal à me séparer de mes crèmes pour utiliser des huiles. Et pourtant la compo de mes produits fait froid dans le dos… Comme j’ai la peau à tendance atopique (souvent des rougeurs, des sécheresses, etc) je n’ose pas prendre de trucs naturels, j’ai l’impression que les produits de paraparphamacie sont plus efficaces. Faut vraiment que je me motive à essayer !

Laisser un commentaire