Par défi, dans ma lancée à vouloir faire plus de choses maison, je me suis mise à faire mon yogourt. C’est beaucoup plus simple que je pensais.  Le résultat, surpasse tellement celui du commerce.

Quand j’étais petite, ma maman faisait du yaourt nature maison. J’étais moyennement intéressée, pas assez sucré et un goût de lait que je n’aimais pas vraiment.

C’est vers la vingtaine que j’ai commencé à en acheter à l’épicerie. Puis, j’ai voulu faire ma version faite maison. Par contre, je n’avais aucune envie d’avoir une nième machine, que je n’aurais pas su où ranger et dont l’entretient m’aurait fait abandonner l’aventure.

La lacto-fermentation était une méthode de conservation largement utilisée avant l’avènement de la pasteurisation. Contrairement à la stérilisation, la lacto fermentation permet de conserver tout le potentiel nutritif d’un aliment. Mieux, il se trouve amélioré. Les bactéries lactiques synthétisent certaines vitamines. Le processus permet une meilleure assimilation par le système digestif  et aide à combattre certains problèmes intestinaux.  Dans la foulée, dites bonjour à une flore intestinale plus saine. De plus, le yogourt est souvent mieux toléré pour les lacto intolérants.

Les avantages de le faire soi-même

1- le premier avantage évident est le contrôle complet de ce qu’on consomme
2- il sera bien plus savoureux
2- les versions du commerce contiennent de la gélatine (surtout les 0%), les versions sans sucre continent de l’aspartame, la majorité contiennent des conservateurs.
3- le préparer soi-même, implique qu’il sera consommé tout de suite, aucune chance qu’il reste plusieurs jours dans un réfrigérateur de transit, dans les transports, puis sur une tablette de magasin
4- la version faite maison est bien moins acide et plus onctueuse que son pendant commercial. J’ai entendu dire que le faire à la yaourtière imposait l’ajout de lait en poudre pour le rendre moins acide. Je vous promets que ce n’est pas nécessaire
5- un yogourt maison peut être aromatisé selon nos goûts, loin des recettes trop sucrées, aux saveurs artificielles des versions industrielles
6- le faire soi-même est assez simple. En dehors du temps de repos, la préparation ne vous prendra qu’une quinzaine de minutes

Vous équiper ? Pas besoin

Si vous souhaitez utiliser une yaourtière, n’envisagez pas d’en faire l’achat. Nous avons tous une tante ou une grande cousine qui en a une, qui dort dans le fond d’une armoire. Privilégiez la réutilisation, si vous en avez la possibilité.
La méthode que je présente vous permettra de faire du yaourt sans yaourtière. Vous aurez besoin d’une machine bien plus complexe, beaucoup plus chère et qui prend vraiment beaucoup de place dans votre cuisine et qui demande tout un entretien : votre four ! En général, nous en avons tous un à la maison, mais je peux me tromper… 🙂

Le matériel nécessaire

  • une casserole
  • un fouet
  • un petit bol, pour mélanger le fermant
  • un thermomètre, qui mesure au moins jusqu’à 100°C
  • un pot en verre d’une capacité de 1 litre, ou plusieurs petits pots
  • un linge propre
Matériel pour faire son yogourt maison

Photo : MimiK

Yogourt sans yaourtière

Ingrédients

  • 1 litre de lait, fermier ou frais, surtout pas pasteurisé (UHT) il ne “prendra” pas bien
  • 3 cuillères à café d’un précédent yaourt ou un sachet de ferment

Il est préférable de prélever vos 3 cuillères d’un yogourt nature. Idéalement, prélevez les dans le fond du pot et non à la surface, elle a été en contact avec l’oxygène de l’air. Vous lirez qu’il faudrait prendre un pot complet pour repartir une nouvelle série, n’y faites rien. Votre résultat ne sera pas plus ferme, ni plus rapide à prendre.

Pour partir une première série, procurez-vous du ferment dans un magasin d’alimentation naturelle, à la pharmacie (en France), dans certaines épiceries.
À défaut, en épicerie, choisissez votre yogourt bio préféré, une version avec un grand % de matières grasse.

La méthode

Pour un résultat onctueux et pour s’assurer de ne pas tuer vos bactéries, un thermomètre est requis. J’ai plusieurs fois essayé sans, en laissant faire la déduction et mon flair, mais les résultats étaient trop aléatoires. Après les essais-erreurs et les lectures ci et là, voici les étapes que je suis :

1- Porter le lait à ébullition
2- Une fois arrivé entre 95 et 98°C, baisser à feu doux et remuer au fouet (pour éviter la coagulation dans le fond et sur les parois)
3- Laisser descendre la température à 90°C (mettre hors du feu pour accélérer la baisse de température)
4- Poursuivre la cuisson durant 15 à 20 minutes, à une température entre 80 et 90°C, en remuant de temps à autre.

En cuisant, au moins 10 minutes, au dessus de 80°C, le résultat sera plus ferme. À cette température, la combinaison de la caséine et de la lactoglobuline (protéines du lait) avec l’acide lactique (issue des bactéries) résulte en un maillage à l’origine de la gélification du lait.

5- Retirer du feu, et laisser la température descendre entre 45 et 55°C
6- À cette étape, vous pouvez aromatiser (si souhaité), miel, sirop d’érable, extrait de vanille. Si vous souhaitez mettre de la confiture ou des fruits, il est préférable d’attendre que le yogourt soit prêt et d’en ajouter au moment de le consommer.
7- Faire l’ensemencement. Tout se joue là! Dans un bol, verser une à deux louches de lait et mélanger au ferment (3 cuillères d’un précédent yaourt). À 55°C le résultat sera très onctueux et non amer. À 45°C vous obtiendrez une version plus acide. Allez-y selon vos goûts. ATTENTION : en aucun cas la température doit être supérieure à 60°C, cela tuerait les bactéries.
8- Mélanger le contenu du bol dans le lait encore chaud, entre 45 et 55°C, bien mélanger
9- Verser dans un pot en verre (ou dans plusieurs petits)
10- Placer dans le four fermé, avec la lumière allumée et un linge posé sur le dessus du pot
11- D’ici 5h, vous aurez un yogourt (le temps peu varier). Vous pouvez aussi enrouler votre pot dans un torchon ou une serviette pour qu’il reste au chaud.

Une fois arrivé à fermeté, il ne vous reste qu’à placer votre pot au réfrigérateur.

Savourez ! Sans oublier d’en garder trois cuillères, du fond, pour la prochaine fois.

Yogourt maison de MimiK

Photo : MimiK

Yogourt de noix

Essayer la version végétale, c’est devenir complètement accro !
Que ce soit pour goûter une nouvelle recette ou compte tenu des interrogations entourant les produits laitiers, voici une recette de yogourt aux noix.

Vous pouvez choisir du lait de soya, d’amande, de cajou, d’avoine du commerce, mais je trouve que le résultat n’est pas intéressant. Peut-être en raison du processus de pasteurisation.

Tout comme pour du lait aux noix fait maison, une multitude de noix peuvent être utilisées : amandes, cajou, noisettes, noix de Grenoble, noix du Brésil, macadamia, graines de tournesol… Prenez-les crues et émondées (sans leur peau). Essayez aussi de les mélanger.

La méthode

Prenez une portion de noix (1 tasse, 250 ml) pour une portion identique d’eau.

  • Tremper les noix toute une nuit
  • Rincer et égoutter complètement
  • Mixer les noix avec la même quantité d’eau, jusqu’à obtenir une texture lisse
  • Verser un sachet de ferment et mélanger
  • Verser le tout dans un pot en verre
  • Placer le pot dans votre le four fermé, avec la lumière allumée et un linge posé sur le dessus
  • Laisser ainsi au moins 5h. Plus vous laisserez le mélange, plus il sera acide. À vous de goûter et d’ajuster la durée, selon l’acidité souhaitée
  • Une fois le résultat à votre satisfaction, le tout peut être placé au frais

Savourer avec vos fruits ou céréales préférés.

Envie de recevoir des recettes à faire vous mêmes, c’est simple,  aimez ma page Facebook ou inscrivez-vous.
Pour suivre mes petits bonheurs au quotidiens, c’est sur Instagram.

[mc4wp_form id=”357″]

 

Domine ta poubelle dès maintenant !

Profite d'une foule d'astuces zéro déchet. Reçois tout de suite les 4 conseils indispensables pour alléger ta poubelle, transformer durablement ton quotidien et bien plus encore ! C'est gratuit !

Bravo ! Que l'aventure commence !

Défi gratuit !

7 jours pour mettre ta poubelle au régime

et créer ta routine zéro déchet

Tu es inscrit au défi 7 jours pour mettre ta poubelle au régime !

Pin It on Pinterest

Share This