Vous-vous en doutiez sûrement, mon article précédent était annonciateur de celui-ci ! Voilà un bon moment (deux ans, je pense…) que je suis une fan finie des savons faits à la main. Pourtant, ado, je trouvais ça tellement d’un autre temps. J’associais le savon artisanal avec l’odeur de lavande défraichie et la grand-mère crochetant des napperons. Depuis, je me suis mise au crochet, je fais des savons, même que mon plus abouti est à la lavande… Wow !

La lavande est loin d’être ma fragrance favorite. Parcontre, j’admets que, depuis que j’en fais pousser dans mon jardin, je ne peux que m’attendrir en regardant les petites fleurs mauves.



Comment j’en suis venue à me lancer dans la fabrication de savons

C’est une longue histoire. Pendant que grandissait mon intérêt pour le zéro déchet, je lisais partout que le savon de Marseille (le vrai) était un des ingrédient indispensable à avoir chez soi.

C’est alors que j’ai découvert, avec effroi, qu’on m’avait menti. Ce que je pensais être un savon de Marseille n’en était pas. Scandale !

Ni une ni deux, je me suis mise à scruter toutes les étiquettes des savons que je trouvais, au hasard de mes déplacements. Bien entendu, j’ai lu mille et un articles sur la toile. D’effroi en effroi, il devenait clair qu’il me fallait revenir à des produits de base, naturels et composés d’une petite liste d’ingrédients. Finalement, je me rends compte que, de salons en expositions, les savons faits à la main étaient (et sont encore) partout. Il est juste impossible de ne pas en trouver.

À travers toutes ces offres, je me suis mise en tête de trouver un produit fabriqué proche de chez moi. C’est ainsi, en cherchant notamment un shampoing solide, que je suis tombée littéralement en amour avec la Savonnerie des diligences. D’avantage depuis qu’elle propose des produits zéro déchet. Imaginez mon enthousiasme !

Je ne compte plus les vidéos, les articles, les avis que j’ai pu parcourir, les artisans rencontrés… Une chose devenait certaine, il fallait que je m’essaie. Toutefois, improviser dans la fabrication de savons n’est pas conseillé. Bien qu’Internet et YouTube regorgent de tutoriels et de DIY cela reste assez stressant :

  • évidement, il y a la manipulation de la soude caustique : DANGER
  • le produit final étant utilisé directement sur la peau, il est normal de ne pas vouloir manquer son coup
  • se tromper n’est pas grave en soi, endommager sa cuisine est une autre histoire. Moi la corrosion ça me fait peur !

Si vous avez le moindre doute, participez à un atelier !

Les avantages de participer à un atelier/cours de fabrication de savon

Il y a des activités plus simples que d’autres, à faire seul, chez nous. Afin que l’expérience ne soit pas une catastrophe, il est préférable de faire appel aux conseils d’une personne aguerrie. Pourquoi joindre un groupe :

  1. bénéficier de l’encadrement d’un professionnel
  2. connaître toutes les précautions dans la manipulation des produits
  3. ne pas avoir à acheter les produits de base, ils sont souvent fournis ou disponibles pour un petit prix
  4. se rendre compte rapidement, à moindre frais, si c’est fait pour nous
  5. être certain d’obtenir un résultat, sans danger, sans mauvaises surprises
  6. apprendre d’avantage sur le sujet et obtenir des réponses à ses questions
  7. rencontrer d’autres personnes qui partagent des passions similaires aux nôtres

La recette de base [1]

Source : Coop Coco.
Vous êtes sur Montréal, la coop propose plusieurs ateliers, ainsi que tout le matériel nécessaire pour faire ses propres cosmétiques. Vous pouvez aussi vous faire livrer. De plus, le blogue regorge de recettes à faire soi-même, une vraie mine d’or.

Vous souhaitez faire des essais? Noblessence propose les ingrédients de base en vrac. Ainsi, vous n’achetez que la quantité nécessaire. Puis, vous pourrez évaluer si vous souhaitez vous lancer dans d’autres recettes.

Les ingrédients d’une recette de base

Donne environ 900 gr de savon

  • 350 grammes (gr) d’huile d’olive
  • 125 gr d’huile de noix de coco
  • 125 gr d’huile de palme (issue d’une production responsable)
  • 60 gr de beurre de karité
  • 12 à 15 ml d’huiles essentielles
  • 2 à 4 cuillères à table d’argile ou herbes (facultatif)
  • 90 gr d’hydroxyde de sodium (NaOH) Attention à sa manipulation !
  • 125 gr d’eau (idéalement distillée)

Matériel nécessaire

  • un moule ou encore une boite, dont l’intérieur est recouvert de papier parchemin (compostable), ou à défaut d’une pellicule de plastique, ou encore, des moules en silicone
  • des lunettes de protection et des gants
  • des vieux vêtements à manches longues
  • un bol en inox ou en verre
  • une spatule en silicone (ne pas utiliser d’ustensile en bois)
  • un robot mélangeur
  • un thermomètre
  • une plaque chauffante
  • du vinaigre dans un vaporisateur afin de neutraliser la soude qui pourrait s’être déposée sur vos comptoirs et pour rincer tout votre matériel

Marche à suivre

  1. Portez des gants, des lunettes de protection et des vieux vêtements à manches longues
  2. Mesurez la quantité d’eau nécessaire
  3. Dans une pièce bien aérée, à bout de bras (ne placer jamais votre visage au dessus) versez lentement l’hydroxyde dans l’eau JAMAIS L’INVERSE. Puis, mélangez. Attention, la solution est exothermique (dégage de la chaleur) et peut causer des brulures. En cas de contact avec la peau, nettoyez rapidement à l’eau claire et avec du vinaigre. En cas d’ingestion, contactez rapidement le centre anti-poison 
  4. Laissez la soude refroidir entre 37 et 46°C, dans un endroit sécuritaire. Identifiez bien le contenant, il est translucide comme de l’eau et son ingestion s’avère très dangereuse
  5. Faites fondre les huiles (sauf les huiles essentielles) à feu doux jusqu’à atteindre une température entre 37 et 46°C
  6. Retirez du feu
  7. Préparez vos huiles essentielles et, si voulu, les herbes ou argiles. Pour obtenir un savon de couleur, mélangez préalablement votre colorant naturel aux huiles essentielles
  8. Quand la soude a atteint une température comprise entre 37 et 46°C, versez-la lentement et avec précaution sur le mélange d’huiles (dont la température doit aussi être comprise entre 37 et 46°C)
  9. À l’aide du bras mélangeur, mélangez, encore et encore, jusqu’à obtenir la consistance d’une crème épaisse, appelée la trace. Selon votre robot, cette opération peu prendre de 20 à 30 minutes, voire plus
    1. La trace s’obtient lorsque votre cuillère laisse une trace nette sur son passage

      La trace

      Photo : MimiK

  10. Ajoutez vos huiles essentielles et additifs (herber et/ou argiles) et mélangez de nouveau pendant plusieurs minutes, afin de retrouver la “trace”
  11. Versez dans votre moule (ou plusieurs petits). Placez dans un endroit sûr, pensez à couvrir afin de conserver la chaleur

    Savon dans un moule et un démoulé

    Photo : MimiK

  12. Par la suite, il faut attendre 24h. Découpez des morceaux et replacez-les en lieu sûr. Il n’est pas nécessaire de couvrir les savons. Au contraire, espacez-les afin que l’air circule convenablement. Au passage, ça sentira bon dans la pièce

Après 30 jours de cure, les savons peuvent être utilisés !

L’évolution de mes essais

Mon premier savon

Parce que je suis de nature peureuse (oui, oui), je ne me suis pas lancée dans le vide. J’ai suivi un atelier. C’est la meilleure chose à faire. On peut penser que je suis commanditée par la Coop, mais non. Totale transparence, je suis simplement une cliente hyper satisfaite.

Donc, lorsque j’ai fait mon tout premier savon, j’étais très enthousiaste. Un peu trop … Tout d’abord, puisque j’adore les odeurs de citron et d’agrumes, j’ai eu la main lourde sur les huiles essentielles, ce n’est pas si facile à mesurer. Sans oublier que j’ai rajouté de l’argile rose, des graines de canneberges, du curcuma (me semble que c’est un mélange intéressant avec les agrumes). Par la suite, je me suis laissée emportée et j’ai ajouter des pétales de calendule sur le dessus. Comme si ce n’était pas suffisant, j’ai additionner des écorces d’oranges séchées, que j’ai pris le temps de couper en tout petit. Si j’avais eu autre chose sous la main, je l’aurai surement intégré !
Par la suite, est venue l’étape de la coupe. J’ai découpé mon bloc comme j’ai pu.

savon aux agrumes sur une table de bois

Photo : MimiK

Ainsi, vous l’aurez compris, l’imagination n’a pas de limites ! Au final, le résultat n’était pas mauvais, j’étais même très fière de moi. Le savon sent très bon, une légère exfoliation. Hormis le fait qu’il ne soit pas coupé droit, il est plutôt mignon. Mais, un conseil : Less is more. Il y avait beaucoup trop d’ingrédients.

Le second

Par la suite, rendue à faire un second essai, j’ai opté pour la parcimonie. En même temps, c’était difficile de mettre plus d’ingrédients que dans le premier… Jugez par vous-mêmes.

En dehors des ingrédients de base, j’ai choisi : avoine, miel et romarin. Depuis que je ne mange plus de gluten, il me restait des flocons d’avoine biologiques. Finalement quelle belle façon de les réutiliser et voici un beau clin d’œil au zéro déchet. De plus, les herbes séchées proviennent de la récolte, du jardin, de l’an dernier. Plantez du romarin, vous en aurez pour… toujours, ça pousse vraiment bien !
Enfin, pour ce qui est du miel, j’ai cherché longtemps pour être certaine de ne pas me tromper, car c’est un ingrédient difficile à travailler. En définitive, j’en ai mis trop peu pour qu’il puisse être discerné. En attendant de pouvoir mettre la main sur un pot de miel de mon quartier, je m’approvisionne au verger où nous cueillons des pommes chaque année. Les fleurs de pommiers sont éphémères et le miel obtenu est très doux.

savon romarin et avoine, sur une planche de bois avec un fond de bois de grange dépeind

Photo : MimiK

Par ailleurs, que je me suis procurée un moule en silicone pour savon, aux bords bien droits. Les moules à gâteaux, ne sont pas carrés mais plus étroits à la base qu’en haut. Les savons sont en forme de trapèze. Je ne pense pas que cela soit gênant, mais tant qu’à faire… Sans compter sur le fait que je ne me sentais pas confortable d’utiliser un plat dans lequel j’allais cuire des aliments. Mieux vaut ne pas faire des mélanges avec les ustensiles.

Mon troisième essai de savon maison

Jamais deux sans trois !
Je pense que voici mon savon plus abouti ! Ok, c’est facile à dire quand j’en ai fait juste … trois fois. Par contre, avouez que c’est une belle progression.
Donc, LA grosse amélioration : vous constaterez que les morceaux sont coupés à peu près droits. Comprendre que les bords sont pas en diagonale, si on jette un œil sur la tranche.

des savons à la lavande, sur une nappe blanche, avec des grins de lavande et une fleur jaune

Photo : MimiK

Il s’agissait d’une commande spéciale, donc j’y suis allée avec le parfum souhaité. À savoir : lavande. Dans ma tête, voici à peu de choses près ce qui s’est dit, avec une face vraiment pas convaincue : “non ! c’est pas vrai que je vais faire un savon à la lavande… faut que je rende cela un peu plus sexy !”. C’est alors, que je me suis mise en quête de trouver quelque chose à ajouter avec la lavande. Mais en même temps, je lisais que c’était parmi les parfums les plus populaires. Pourquoi diable je me cassais la tête à vouloir faire différant ?

Résultat : un savon à la lavande avec un peu de miel (en bout de ligne, enseveli sous l’odeur de lavande). Grand-mamans et grandes-tantes, je comprends pourquoi vous en mettiez partout, la lavande aliène toute autre odeur. Par contre, quelques grains de lavande viennent de mon jardin ! Là, je me trouve pas mal cool ! Je me suis même  surprise à la réflexion suivante : “yeah l’année prochaine je pourrai en avoir 100% du jardin”.

Le mot de la fin

Et voila, ainsi s’achève le récit de l’aventure : mimi fait des savons ! En définitive, je voulais en faire moi-même. Après coup, j’y ai vraiment pris plaisir. Puis, est-ce-que j’en referai ? Définitivement. Les aspects je-surveille-la-température et oulala-la-magie-opère me fascinent. Et puis, économiquement c’est vraiment imbattable, j’ai des stocks pour l’année entière. Plusieurs idées se trament dans mon petit coco, notamment avec une ligne directrice très personnelle, inspirée des plages et des jardins de mon pays.

Alors, pour ou contre les savons faits à la main ?

Domine ta poubelle dès maintenant !

Profite d'une foule d'astuces zéro déchet. Reçois tout de suite les 4 conseils indispensables pour alléger ta poubelle, transformer durablement ton quotidien et bien plus encore ! C'est gratuit !

Bravo ! Que l'aventure commence !

Défi gratuit !

7 jours pour mettre ta poubelle au régime

et créer ta routine zéro déchet

Tu es inscrit au défi 7 jours pour mettre ta poubelle au régime !

Pin It on Pinterest

Share This