Tout d’abord, il y a les feuilles aux couleurs chatoyantes. Viennent ensuite, les journées plus froides et la lumière basse. Nous sommes définitivement en automne. Chez moi c’est le déclencheur pour mes activités de “matantes” favorites. Cette semaine j’ai fait des conserves de concentré de tomate.

Ma petite histoire de conserves

Si vous êtes là juste pour la recette, vous pouvez y aller directement, c’est ici. Si vous avez un peu de temps pour me lire, vous êtes les bienvenus !

Saviez-vous que ? Je fais des rénovations, je travaille à temps plein, je tiens deux blogues (dont un, vraiment en version béta/moche), que je me bat (littéralement) avec les médias sociaux chaque jour (je suis trop une poule dans ce domaine), que je dors au moins 9h par nuit, que je fais 1h30 de sport par jour (et non je n’ai toujours pas le corps de sirène que nous vend les programmes de fitness) … Bref, vous ne le saviez peut être pas.

Quoiqu’il en soit, je fais aussi des conserves. Non ce n’est pas de l’hyperactivité, je suis plutôt adepte du slow motion.

Pourquoi je me suis lancée dans le cannage

  1. Je trouve ça amusant (oui, ce n’est pas une blague)
  2. J’adore les pots mason. Effet secondaire de mon addiction à l’achat en vrac.
  3. Je suis fan d’auto cueillette
  4. Du début de l’été jusqu’à la fin de l’automne, les étales regorgent de beaux fruits et légumes, il faut en profiter
  5. Faire ses conserves c’est zéro déchet
  6. J’ai beaucoup de place dans mes placards. Cela depuis que je suis une adepte du désencombrement
  7. J’apprécie savoir ce qu’il y a exactement dans ce que je mange
  8. J’ai du temps (je vous jure!)
  9. C’est pratique en hiver d’avoir un petit rayon de soleil venu tout droit du dernier été

    Trois pots mason de concentré de tomate et des feuilles de basilic sur une table en bois

    Photo : MimiK

La mise en conserve dans mon cheminement zéro déchet

Durant mes études, j’avais déjà fait de la ketchup verte. Plus pour m’amuser et occuper une journée pluvieuse d’automne. Je me suis lancée en appliquant, à la lettre, la recette d’une grand-maman qui était la concierge d’une amie. C’est ainsi que, j’ai obtenue de la ketchup verte pour les deux années suivantes ! Et devinez ce qui j’ai donné en cadeau ce Noël ? Expérience réussie !

En lisant sur le zéro déchet, très rapidement, le choix de faire des conserves est abordé. En ce qui me concerne, lorsque j’ai débuté, je me suis concentrée sur réduire mes ordures et finir mes rénovations.

Puis, une fois arrivée à un rythme de croisière qui me satisfaisait, en terme de poids de poubelle hebdomadaire, j’ai cherché à m’améliorer. J’ai vite compris que je faisais beaucoup d’efforts pour que ma poubelle soit ultra légère, mais en contre-partie, mon recyclage augmentait.

Alors, j’ai appliqué, à mon bac de recyclage, le même système qu’à ma poubelle, un petit audit :

  • J’ai trié,
  • Puis compté
  • Enfin, j’ai cherché à substituer ce qui selon mon mode de vie pourait avoir le plus d’impact.

Dans les faits voici les questions que je me suis posée, et pas nécessairement dans l’ordre :

  • Quels sont les emballages qui se retrouvent régulièrement dans mon bac ?
  • Pourquoi sont-ils présents de manière récurrente ?
  • Quels sont ceux qui peuvent être éliminés ?

Au final, voici ce que j’en ai déduit. J’utilise beaucoup de produits dans des boites de conserves. Ils sont pratiques, disponibles, peu onéreux et bons dépanneurs pour les repas rapides.

Puis, j’ai mis en avant les conserves “habituelles” :  les légumineuses, le maïs en grain, les tomates en dés et le concentré de tomate.

Quelles sont les substitutions possibles ?

  • merci le vrac ! Pour les légumineuses c’est vraiment facile et tellement moins cher !
  • pour les maïs : je peux en congelé lorsque c’es la saison
  • en ce qui concerne les tomates, je peux surement faire des conserves moi-même. J’adore faire des confitures. Bien que je n’en mange jamais, paradoxal, je sais.

Les conserves maison = ma solution.

Si vous n’avez pas le temps, ni la patience, il s’en vend sur les marchés et dans les magasins bio.

Voilà comment chaque début d’automne rime avec mise en pot. J’ai débuté avec les tomates du jardin. Si vous en avez déjà plantées, vous avez surement remarqué que le pic de production arrive en même temps pour tous les plans. Il est facile de se retrouver avec beaucoup de tomates d’un coup. C’est super les salades de tomates, mais tous les jours c’est un peu trop.



Recette du concentré de tomate

[Source en anglais]

Ingrédients

Donne de entre 600 et 750 ml

  • 10 lbs (4,5 kg) de tomates
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 2 cuillères à thé de sel
  • jus de citron
Ingrédients de la recette

Photo : MimiK

Matériel

  • Deux grands chaudrons (le  premier, une fois les tomates blanchies peut servir à stériliser les pots)
  • Un bol d’eau froide
  • Un moulin, ou à défaut un chinois et une cuillère pour passer les tomates
  • Une baguette en bois ou à défaut un couteau
  • Des pots à conserves stérilisés, selon les étapes usuelles. Ricardo nous explique tout ça.

Réparation

  1. Remplissez la première casserole d’eau et porter à ébullition
  2. Coupez les tomates en deux ou en quartiers selon leur taille.
  3. Blanchissez les tomates en les plaçant une à deux minutes dans l’eau bouillante (1)
  4. Transférez les tomates dans le bol d’eau froide
  5. Retirer la peau. Elle devrait se détacher facilement, sinon replongez dans l’eau chaude. Attention l’extérieur est tiédi mais la chair de la tomate peut encore être très chaude
  6. Placez les tomates dans la seconde casserole avec de l’huile et portez à ébullition
  7. Pré chauffez votre four à 350°F (178°C, thermostat 6)
  8. Passez les tomates au moulin. Dans mon cas, j’ai pressé le tout dans un chinois à l’aide du dos d’une cuillère pour séparer toute la pulpe des graines

    Les casseroles sur le feu, les peaux dans un bol

    Photo : MimiK

  9. Compostez la peau. Utilisez le reste de pulpe et graine pour faire votre meilleure sauce à spaghetti
  10. Salez et ajoutez le jus de citron à la pulpe filtrée/moulinée
  11. Déposez la pulpe (elle est très liquide) dans un plat allant au four. Essayez de la répartir pour avoir au plus de 1/2 pouces (2 cm) d’épaisseur. Vous pouvez utiliser une plaque à biscuits, mais attention aux déversements

    Pulpe dans un plat a tarte en verre

    Photo : MimiK

  12. Disposez dans le milieu du four et laissez cuire en remuant toutes les demies heures, jusqu’à l’obtention d’une pâte épaisse. Jusqu’à 4h selon la quantité dans votre plat
    Plat dans le four avec la pulpe qui devient plus dense

    Photo : MimiK

    Texture de la pâte de tomate

    Photo : MimiK

  13. Répartissez la pâte dans des petits pots stérilisés (125 ml)
  14. Éliminez les bulles d’air en passant une baguette ou d’un couteau le long des parois
  15. Placez le couvercle préalablement ébouillanté et la bague (sans trop serrer)
  16. Plongez les pots dans de l’eau bouillante (ils doivent être totalement immergés) pendant 15 minutes
  17. Enfin, laissez les pots reposer sur un linge durant 24h.

    Pots disposés sur un linge pour reposer 24h

    Photo : MimiK

Ainsi, le concentré de tomate se conserve plus d’une année, dans un endroit sec et à l’abri de la lumière.

Toutefois, si vous pouvez vous épargner l’étape (fastidieuse) de la stérilisation. Placez la pâte dans un pot (ou plusieurs). Puis, recouvrez d’huile d’olive et réfrigérez. Après chaque utilisation, veillez à ce que l’huile surnage toujours le dessus du concentré afin d’éviter tout contact avec l’oxygène. L’oxygène accélère la prolifération des bactéries qui causent le pourrissement.
Vous pouvez conserver le concentré de tomate de 3 à 4 semaines au réfrigérateur, jusqu’à 9 mois au congélateur.

Finalement, si vous souhaitez congeler la pâte de tomate. Remplissez un bac à glaçons et congelez. Une fois solides, placez les cubes dans un contenant, puis remettez le tout au congélateur. Les cubes se gardent jusqu’à 9 mois.

Mes petits conseils

  • Libérez-vous suffisamment de temps. L’opération peut être plus longue que prévue. On ne décide pas de faire des conserves en attendant que notre vernis à ongle sèche !
  • Placez la casserole d’eau chaude, puis le bol d’eau froide, suivi de la casserole de cuisson, de gauche à droite (si vous êtes droitier) ou inversement si vous êtes gaucher
  • Prévoyez des glaçons pas trop loin. En ce qui me concerne, je me brule facilement, j’oublie que les tomates ont été ébouillantées… Idem avec les pots. Combien de fois je les ai sorti à la main de la marmite d’eau chaude ?
  • Attention, la tomate ça tache ! (grrrr)
  • Prévoyez un plat aux rebords assez hauts, cela vous évitera un four à laver
  • Agrémentez votre pâte de thym, romarin, basilic ou ail, selon vos goûts
  • Faites vos conserves en groupe, c’est encore plus amusant. Ainsi, vous pouvez en faire des très grandes quantités

Le mot de la fin

La pâte de tomate est vraiment pratique dans plusieurs recettes. J’appelle cela du soleil à la cuillère. Pour faire des conserves de tomates, j’effectue la mise en pot après l’étape 6, sans oublier d’assaisonner et d’ajouter du jus de citron.

Pour l’instant, je ne cantonne à la congélation et à la mise en pot. En effet, je ne suis pas encore lancée dans la lacto fermentation (hormis le yogourt).

Et vous, quels sont vos trucs pour conserver les aliments ? Quelles sont vos recettes ? Ça m’intéresse.

Domine ta poubelle dès maintenant !

Profite d'une foule d'astuces zéro déchet. Reçois tout de suite les 4 conseils indispensables pour alléger ta poubelle, transformer durablement ton quotidien et bien plus encore ! C'est gratuit !

Bravo ! Que l'aventure commence !

Défi gratuit !

7 jours pour mettre ta poubelle au régime

et créer ta routine zéro déchet

Tu es inscrit au défi 7 jours pour mettre ta poubelle au régime !

Pin It on Pinterest

Share This