Chaque fin d’année arrive avec son flot d’activités qui nous fait osciller, coup sur coup, de l’euphorie totale au découragement complet…

La course pour finir ses travaux/projets avant le congé des fêtes, la cohue dans les magasins, qui fait tellement regretter d’avoir eu l’idée de s’y rendre, le casse-tête pour organiser dans un temps record toutes les visites familiales d’usage, sans compter l’overdose gastronomique, le manque de sommeil, le besoin de lumière, la météo toujours désastreuse (et qui ne semble pas s’améliorer)…  Et puis, Janvier approchant, voilà l’inévitable réflexion de fin d’année qui pointe son nez, c’est l’heure fracassante du bilan. Pire, c’est le moment de prendre des « bonnes » résolutions.

Ainsi, l’histoire se répète, les années se succèdent et se ressemblent. Personnellement, je suis toujours envahie par des impulsions héroïques, remplies d’énergie et accompagnées d’une volonté débordante. J’ai toujours la certitude que cette fois, c’est la bonne : cette fois, convaincue dur comme fer, c’est la bonne!

Prendre des résolutions est une chose, les tenir en est une autre. Il m’arrive souvent de ne pas passer le cap d’une seule résolution (soupire). Combien de fois, mes grandes ambitions se sont-elles réduites au néant, avant que je m’en aperçoive  ? Combien de fois, l’effervescence du début, s’est évanouie devant ma trop grande ambition, ou soyons honnête, ma trop grande paresse. Toutes ces convictions vouées à être ensevelies sous le poids du retour des opérations quotidiennes… Levez la main si vous vous reconnaissez.

 

 

La tragédie des résolutions

 

Ainsi, que ce soit, lors du bilan annuel, au moment de prendre une nouvelle orientation, au terme d’une réflexion qui aboutit sur l’ébauche d’un projet, ou encore d’un changement de cap décisif, je constate que ma motivation du début semble trop rapidement s’évanouir.

J’ai trouvé une belle façon de finir une année et d’en commencer une autre. L’astuce s’applique aussi sur un mois, à chacun son rythme, avec un bocal à bonheurs..

Pourtant, un bref recule et un regard sur nos grandes réalisations personnelles ou professionnelles, nos grandes fiertés, nos projets accomplis, nos actions qui méritent d’être soulignées, force est d’admettre, qu’on est capable, Nous sommes tous et toutes plus que capables. À bien y penser, rien n’est impossible, rien n’est trop ambitieux. Et malgré toute la paresse, le manque de motivation, chacun de nous sommes capables de tenir nos promesses. Certes, pas toutes… pas toujours les plus équivoques. Mais arrêtons quelques minutes pour prendre conscience de nos réussites.

Ainsi, quels sont donc les ingrédients nous permettant de mener à terme tel ou tel projet ?

Pour réussir, il faut d’abord croire que je peux.

Selon moi, il y a trois types de résolutions : les petites, les grandes et les vraies.

Les petites résolutions sont des objectifs « de base », trop simples, trop évidents, trop vagues : faire du sport, perdre du poids, être en meilleure santé, gagner plus… Des grandes idées un peu dépourvues de substance, trop vides de cette réelle volonté de réussir.

Puis, il y a les grandes résolutions. Celles qui ont un impact majeur sur notre vie, sur notre avenir. Celles qui nous font vibrer, qui viennent nous chercher dans nos tripes et qui engagent des grands changements. Ces résolutions deviennent peu à peu, une ligne de conduite, un mode de vie, une partie intrinsèque de nous-même. Je ne parlerai pas de ce type de résolutions, car elles font appel à bien plus qu’à la motivation, elles doivent découler d’une réelle passion ou d’une volonté si forte qu’elle déplacerait des montagnes.

Puis, entre les deux, il y a ce que j’appelle les vraies résolutions. Celles qui sont réalisables et font partie du possible. Celles qui pourraient nous faire du bien, sans pour autant trop pénaliser, ou alourdir notre quotidien. Les nice to have, si on veut. Nous avons tendance à les négliger, alors que ce sont celles qui, mises bout à bout, font que nous sortons grandis.

Les vraies résolutions sont des objectifs qui permettraient d’améliorer profondément notre routine, mais qui ne sont pas toujours assez fortes pour nous empêcher de dormir.  Pourtant, elles devraient être mises en avant et requérir toute notre attention. Notre survie n’en dépend pas, bien qu’intérieurement, nous brûlons de pouvoir les réaliser.

Tout part d’un constat

 

Au fil des ans, je me rends compte que j’ai déployé des efforts considérables pour réaliser des petits, moyens ou grands projets. J’ai aussi essuyé de nombreux échecs. Mais disons que si j’ai réussi une fois, je peux le faire deux fois ? Non ?

Mais alors, quels sont les ingrédients du succès ?

Je tiens à vous mettre en garde, ce qui fonctionne pour les uns ne fonctionne pas pour les autres. Je suis du genre à foncer tête baissée, retenant ma respiration jusqu’à ce que j’arrive à la fin. Je pars en force, mais rarement sur un coup de tête. Une longue (trop longue parfois) réflexion conduit à ce que je m’engage.

J’ai tendance à dire que je m’engage pleinement et entière. Je suis une adepte des listes. Par contre, je tiens à vous prévenir tout de suite, ma façon de faire n’implique pas 10 000 étapes, ni x mini cibles à atteindre.

Ce genre de méthode (personnellement, fractionner un gros objectif en plusieurs petites étapes, n’est pas ce qui me réussi le mieux). Pourtant, en toute logique c’est la méthode qui permet de mener à bien un projet et je vous la conseille fortement si elle peut vous aider. Car, il est évident qu’on ne peut gravir la montagne d’un coup, Il n’y aurait qu’une manière : mettre un pied devant l’autre. Mais selon moi, un pas après l’autre ne suffit pas. En se limitant à juste avancer, on s’essouffle, se décourage, abandonne… Mais ce n’est pas toujours le cas, heureusement.

 

 

Comment je fais pour tenir au moins une résolution ?

 

Ma solution magique pour tenir, toutes, mais absolument toutes mes résolutions est d’une évidence déconcertante : je ne m’en impose aucune  !

Je réussirai, parce que je suis assez folle pour croire que j’y arriverai !

 

En gros, je ne me fixe plus aucun objectif (du moins pas dans le sens  auquel vous pensez habituellement).

  • Pour m’assurer de vraiment tenir dans le temps, je ne m’impose pas de date.
  • Pour me permettre des résultats qui dépassent mes attentes, Je ne m’impose pas des chiffres. La mesure de la réussite restant très objective.
  • J’aime les listes, mais plus je liste moins je m’y tiens. Pour avancer je ne fais pas de liste.

Par contre, je m’impose une chose : rêver grand !

Pour m’aider, chaque début janvier, je décide d’une phrase, très courte, qui sera mon mantra, mon leitmotiv de l’année.

 

Je me crée et décide de mener des projets qui impliquent un vrai changement, voire une transformation. Voici comment :

  • je visualise, ce que m’apporterait la réalisation de ce projet. La manière dont je me sentirai, la façon dont mon quotidien serait impacté (positivement mais aussi négativement), les choses auxquelles je devrai renoncer et celles qui me rendrons au contraire plus proche de mon objectif
  • j’y pense tout le temps, à force d’y penser il devient partie intégrante de moi-même
  • je dis non, ou je décline ce qui ne me permet pas d’alimenter ou de faire progresser ma vision de réussite
  • de la même manière, j’agis de façon à ce que mes actions m’engagent d’avantage dans la réalisation de mon idée principale
  • dans la mesure du possible, je me libère de ce qui freine mon projet, des habitudes qui ne sont plus focus avec mes valeurs, ou des actions faites machinalement alors qu’elles ne répondent pas à mon besoin
  • j’engage tout mon être, mon esprit et mon ambition dans une seule optique
  • surtout et je décide qu’atteinde ce but m’est simplement indispensable
  • je me force à agir, avec une petite action chaque jour, car même le plus petit geste compte

Ne perdez pas trop de temps à avoir envie de, à essayer de faire, Faites-le !

Je sais ce que vous allez me dire : elle est bien gentille la fifille, mais c’est bien plus facile à dire qu’à faire.

C’est pourquoi, pour commencer, je rêve grand. Je détaille le plus possible ce que je sens, ce que j’obtiens et ce que m’apporte la réalisation de mon objectif. Parfois, plus je suis précise et plus j’ai l’impression de déjà le vivre.

Je vais réussir, parce que je travaille tous les jours

Marche vers tes objectifs

Pratico pratique

 

Faire de son objectif une priorité

Cela n’a absolument rien d’ésotérique. Se donner les moyens de réussir commence par mettre toutes les chances de son côté. Et avant de compter sur les autres, sur des événements extérieurs, il faut en premier lieu miser sur soi.

Avant tout, un objectif doit contribuer à améliorer son propre bonheur. Si il contribue à celui des autres, alors c’est un beau bonus.

C’est bien connu : « On est jamais mieux servi que par soi-même. »

Avant même d’envisager toute action, il faut croire en soi et croire en son projet. Il est impératif qu’il devienne une priorité. Pour se faire, il faut y penser tous les jours, le mettre au premier plan dans ses pensées et être convaincu qu’il vaut la peine.

À force d’y penser et d’en être convaincu, toutes les choses vont se metttre en place pour tendre vers cet objectif. C’est simplement parce que nos pensées sont influencées par ce à quoi on aspire vraiment. Sans nous en rendre compte nos actions finissent par nous faire tendre vers notre priorité. Nos pensées influencent, pas uniquement nos actions, faits et gestes, mais aussi nos paroles. C’est merveilleux de voir, comment toutes les étoiles s’alignent vers nos objectifs lorsqu’on est aligné avec ce dernier. C’est incroyable toute la clarté qui découle de nos choix et de nos actions, une fois qu’on est totalement focus et engagé dans cette seule direction.

En plus d’être clair dans sa pensé et dans sa conviction, il faut aussi savoir se libérer des pensées qui nous freinent.

 

Se libérer, pour mieux faire

Il faut savoir se débarrasser de ce qui n’est pas indispensable à son objectif et cerner l’essentiel. Je m’explique.

Ce n’est pas tout d’être convaincu que notre rêve est plus grand que nature. Il nous fait certes vibrer, nous y pensons de manière maladive et continue, y penser est d’une simplicité déconcertante. Comme on dit : quand on aime on ne compte pas. Mais juste y penser n’est pas la solution magique.

Il faut savoir se libérer.

Dire « non » aux projets et aux demandes qui ne sont pas immédiatement en lien avec notre objectif. Aussi intéressant, motivant et inspirant soit-il, un projet qui n’est pas en accord avec notre vision finale, finira par nous en éloigner. Or, le temps n’est pas infini, ni notre énergie. Autant les dédier à ce qui nous conduit à ce qui compte vraiment.

Se libérer, c’est aussi faire des choix et mieux gérer notre temps. Le temps, c’est ce qui nous manque le plus. Accordez-lui toute votre attention, Il est si précieux qu’il faut absolution l’utiliser au mieux. Car nous ne pouvons jamais rattraper le temps perdu.

Dire non, c’est peut-être mettre à plus tard certains dossiers, mais jamais au détriment de votre objectif premier, ni de son propre bonheur.

 

Se faire confiance

Vous vous connaissez mieux que quiconque, Vous savez que vous êtes capable, vous savez ce que vous pouvez accomplir. Même si vous ne croyez pas en vous, que vous doutez ou que l’incertitude vous guette. Vous avez déjà réussi, et vous réussirez encore.

Inspirez-vous, pas des autres, mais bien de vous-même. Vous valez plus que vous le pensez.

 

Se faire confiance, c’est se permettre de réussir. Si vos résolutions ont pour objectif votre bonheur, alors votre être entier va vous y conduire.

Pour vous aider, répondez à ces questions simples.

A chaque fois que vous posez une action ou que vous en envisagez une :

  • est-elle indispensable ?
  • est-elle redondante ? si oui, peut-être qu’elle peut être optimisée, de manière à prendre le moins de temps possible
  • est-ce qu’il est possible de s’en passer ? Si oui, et bien ne la faite plus, gardez votre temps pour autre chose
  • est-ce qu’elle fait perdre du temps ? Je ne parle pas de actions du type parcourir les réseaux sociaux, ou le dernier jeu addictif. Il y a des choses indispensables, non redondantes, dont on ne peut se passer, mais pour lesquelles nous perdons un temps fou. Parce que nous n’avons pas les qualités ou les connaissances nécessaires. Dans les faits, d’autres personnes le feraient sûrement mieux et plus rapidement. À ce moment, il est intéressant de déléguer,
  • qu’est-ce que j’y gagne ? Plus il y a de bénéfices, mieux c’est. Sinon, il faut passer à autre chose.

La liste des questions est exhaustive, et j’en parle dans le seul but de vous inspirer pour que vous puissiez juger vous-même si une action mérite votre attention ou non.

Vous êtes le meilleur juge.

Quand vous avez le moindre doute, alors passez à autre chose. Vos choix devraient être simples et dictés par votre seule volonté d’avancer.

Ainsi, ne vous laisser pas influencer par des sources extérieures. L’avis des autres est intéressant, mais c’est de votre situation qu’il s’agit. Les autres, aussi brillants, logiques, sages, compétents qu’ils puissent être, ne sont pas vous. Vous restez la personne la mieux placée pour décider.

Je crée mon propre bonheur. Mon bonheur doit venir de moi et ne doit pas dépendre des autres.

 

Le mot de la fin

 

Tout d’abord, si vous êtes rendus jusqu’ici, je vous en remercie grandement. Vous me connaissez un peu mieux. Nous pourrions faire d’avantage connaissance, je vous invite à faire partie du carré, j’y partage des réflexions zéro déchet, dans un but bien simple et très humble, sauver le monde ! C’est facile, vous pouvez remplir le carré jaune plus bas.

Précédemment, je vous révélais ma solution pour tenir mes résolutions. Ne pas en prendre.
Mais aussi simple que puisse être cette phrase, la magie n’opère que si elle vient de nous, de notre volonté propre. Il est nécessaire de vouloir et de visualiser son succès. Puis, de se libérer de ce qui nous freine et enfin de se faire confiance.

Au final, s’il n’y a une chose à retenir la voici : rêve grand et vis ton rêve. Penses-y, tout le temps, embrasse toutes les émotions qui lui sont associées. Penses-y et crois si fort que ton être va tendre vers cet idéal.

J’ai déjà abordé le sujet précédemment. Ce n’est pas demain, ni dans deux jours, ni dans une semaine ou « quand j’aurai… » Lorsqu’on veut vraiment, c’est maintenant ! Lire l’article.

Shares

FacebookFacebook LikeTwitterSumoMe

La motivation doit guider ton action pour en faire une habitude

www.miaucarre.com

 

Pour finir, vous vous demandez peut-être quel est mon objectif ou mes non-résolutions ? Je me permets un petit bilan et le partage ce que j’envisage pour la suite.

Mon Mini bilan

 

Cette année j’ai :

  1.  Peu écris pour mon blogue, mais j’ai écris pour d’autres
  2. J’ai eu la chance de participer à un mini reportage  télévisé sur un thème qui me tient vraiment à cœur, l’achat en vrac
  3. J’ai été sollicitée par d’autres blogues, alors que selon moi je suis une « nobody
  4. J’ai changé tout le visuel de mon blogue, ce qui a fait extrêmement mal à mes statistiques et à mon référencement (but who cares ?)
  5. J’ai développé une addiction pour Instagram (haha, sans commentaire)
  6. J’ai pris 4 kilos et un sacré coup de vieux, mais je pense que je ne suis pas encore une vielle bique
  7. J’ai appris des nouvelles « habilités » comme la couture, amélioré ma manière de travailler le bois, de créer des meubles, appris l’architecture d’intérieur…

Ce que je prévois pour la prochaine année : être un vrai exemple en terme de zéro déchet et engager mon temps plus « intelligemment »

  1. Réduire la quantité de déchets recyclables
  2. Acheter moins, mais local ou seconde main (j’y arrive, mais pas encore de façon satisfaisante)
  3. Désencombrer, encore et encore
  4. Réduire le temps passé (à niaiser) sur les réseaux sociaux
  5. M’occuper de ma santé

Comment envisager la suite ?

 

Mon rêve pour cette nouvelle année : Prendre du temps pour moi, afin de faire ce qui est important et qui compte.

Changer le monde, le rendre plus beau, plus vert, un geste à la fois.

 

Toi que vas-tu faire maintenant ? Que décides-tu pour cette nouvelle année ?

Sincèrement, je te souhaite une année pleine de petits et grands projets, remplie de moment doux et qui marqueront ton cœur autant qu’il te rendront fièr(e).

Je te souhaite le meilleur, car tu le mérites.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Domine ta poubelle dès maintenant !

Profite d'une foule d'astuces zéro déchet. Reçois tout de suite les 4 conseils indispensables pour alléger ta poubelle, transformer durablement ton quotidien et bien plus encore ! C'est gratuit !

Bravo ! Que l'aventure commence !

Défi gratuit !

7 jours pour mettre ta poubelle au régime

et créer ta routine zéro déchet

Tu es inscrit au défi 7 jours pour mettre ta poubelle au régime !

Pin It on Pinterest

Share This